Petites pensions, Agirc-Arrco… : les changements à prévoir pour votre retraite en 2024

En 2024, voici tous les changements prévues les différents dispositifs concernant la retraite. Cela va des petites pensions, au cumul retraite-emploi. Découvrez les détails.

Plusieurs changements sont prévus sur différents aspects de la retraite. On accordera notamment des revalorisations de nouvelles, et plein d’autres possibilités à certains retraités. Voyez donc si vous serez concerné. Découvrez les détails dans l’article.

Retraite : Des revalorisations vont s’appliquer #

Dès janvier 2024, la pension de base connaitra une augmentation de 5,3 %. Il faudra cependant attendre le 9 février pour recevoir le premier versement. Il en sera de même pour les régimes de retraite complémentaire. De plus, on a déjà apporté une modification à ceux des salariés du secteur privé, et Argic-Arrco ce 2023. Le gouvernement a augmenté le taux de 4,9 %. Pour les fonctionnaires, il sera identique à celui de la pension de base.

Une augmentation des pensions de retraite des actifs entrera également en vigueur à partir de 2024. Elle concernera en particulier les personnes qui ont effectué toute leur carrière au salaire minimum. L’augmentation de 50 euros des pensions de ce 2023 s’appliquera également. Cela concernera pas moins de 1,7 million de retraités. Cela se fera au plus tard en septembre 2024.

À lire Versement des pensions de retraite : cette bonne nouvelle devrait bientôt ravir les retraités

En outre, pour les petites pensions Agir-Arrco, une nouvelle disposition est en cours de discussion. Le gouvernement a fait pression sur les partenaires sociaux qui gèrent ce régime pour qu’ils revalorisent les petites pensions. Le gouvernement leur demande également de contribuer à l’augmentation des pensions de retraite. Cela concerne en particulier les actifs qui ont travaillé toute leur vie au salaire minimum.

L’objectif vise à ce que la somme de la pension de retraite de base et de la pension complémentaire atteigne 1.200 euros nets. Cela correspond à 85 % du salaire minimum. Il faudra cependant attendre une décision à la fin du premier trimestre 2024.

Cessation du malus Agirc-Arrco pour les anciens pensionnaires #

Le malus est un système imposé par le gouvernement aux retraités qui ont travaillé dans le secteur privé. Le principe est qu’après avoir atteint l’âge légal pour bénéficier d’une pension à taux plein, le travailleur doit travailler un an de plus. S’il ne le fait pas, sa pension subira une pénalité de 10 % pendant environ 3 ans.

Rappelons aussi que chaque année, l’âge légal de la retraite recule de trois mois. Cette année, c’est donc au tour de ceux qui ont atteint 62 ans et 6 mois. Pour la génération 1968, ce sera 64 ans. La réglementation prévoit également une augmentation d’ un trimestre par génération. Ceux qui partiront cette année devront donc totaliser 169 trimestres cotisés.

À lire Une mauvaise ou bonne surprise à prévoir au 1er mars pour votre retraite Agirc-Arrco

En outre, si le salarié en question est actif plus longtemps que la période requise, il recevra une prime en fonction du nombre d’années. Par exemple, s’il a travaillé un an au-delà du taux plein, il recevra un bonus de 10 %. Pour ceux qui décidaient de continuer à travailler deux ans, ils recevaient 20 % de plus. Au-delà, le bonus sera de 30 %. Le tout pour un an.

Ainsi, à partir de décembre 2023, ce régime ne s’appliquera plus. En outre, cela n’affectera les personnes qui ont pris leur retraite avant ce mois-ci et qui bénéficient déjà d’une prime pour le moment. La nouvelle règle prend effet sur eux dès le 1er avril 2024.

Retraite : Nouveaux droits pour le cumul emploi-retraite #

La réforme modifie également les conditions du cumul emploi-retraite. Désormais, les cotisations des retraités leur permettront d’ouvrir de nouveaux droits et vous bénéficierez d’un bonus sur votre nouvelle pension. Il en va de même pour la pension complémentaire Agirc-Accro.

De plus, à partir du 1er janvier 2024, ils pourront également augmenter leur pension complémentaire en cumulant emploi et retraite. Toutefois, la règle est qu’on calculera les nouveaux droits créés du travailleur sur un salaire ne dépassant pas 3 666 euros mensuel. Il s’agit du plafond de la sécurité sociale.

La bonne nouvelle, c’est qu’à partir de 2024, un certain nombre de démarches liées à la retraite seront réalisables en ligne. De plus,on simplifiera les plateformes existantes.

Nouvellefemme.fr est édité de façon indépendante. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités :